Elle saisit l’instant, celui où la réaction se produit, où l’élément se transforme, et nous en fait entrevoir le mystère… Claudine Celva est en quelque sorte une alchimiste de la photo. Mais avant tout, une scientifique poussée par le besoin de partager, comme en témoigne son parcours.

Elle aura finalement passé sa vie d’un laboratoire à l’autre : dans ceux d’une entreprise pharmaceutique ou d’un hôpital de par sa formation en biotechnologie, dans ceux d’une école où elle a motivé des dizaines et des dizaines d’élèves durant la plus grosse partie de sa carrière, et enfin dans son laboratoire photo, une passion qui l’a prise sur le tard et qui la conduit aujourd’hui au Pass.

Claudine Celva, une passionnée

Pourtant, Claudine Celva est loin d’être un « rat » de laboratoire ! C’est une passionnée qui a attrapé le virus de la transmission depuis qu’elle a été chargée de mettre en place les laboratoires de chimie à l’Athénée provincial de La Louvière au lancement du « rénové ». Rapidement, elle a pris son rôle à cœur en proposant aux élèves de participer au concours des Jeunesses Scientifiques ; dès la première année, le projet primé les a emmenés au Québec, et les autres éditions ont vu les différents projets reconnus au national et à l’international. « En plus de les mobiliser autour d’un projet », explique Claudine Celva, « participer à ce type de concours scientifique leur permet de se dépasser et d’apprendre à communiquer, à vulgariser un sujet compliqué. L’intérêt était aussi de proposer aux jeunes de rencontrer des « passeurs », des experts, chercheurs, universitaires qui les aidaient à aller plus loin. Je pense que dans ces contextes, l’école est vraiment le creuset des penseurs de demain… De nombreux jeunes qui ont participé aux concours ont fait ensuite des études scientifiques. »

La chimie sur scène

Parallèlement, elle met sur pied des projets spécifiques pour faire découvrir autrement les laboratoires lors des journées portes ouvertes de l’école. Un jour, elle propose à 3 élèves « qui la font rire» de faire une impro pour mettre en scène des expériences. « Ils m’ont percutée ! On a préparé une séquence mettant en scène Merlin l’enchanteur et la fée Morgane, on était à 3 jours de l’échéance, ils étaient motivés… Ce jour-là, le laboratoire aurait dû fermer à 16h, mais à 20h, il y avait encore du monde, j’ai dû refaire des solutions… » Ce fut le début d’une grande aventure qui lui fit associer sciences et théâtre. La mise en scène d’expériences de chimie devint un rendez-vous annuel, non seulement pour les élèves du secondaire, mais aussi pour ceux de primaires. Claudine Celva ne partait pas de rien en la matière : elle avait suivi des cours de théâtre et était animatrice au Service Provincial de la Jeunesse…
Invitée à participer à l’automne des musées au Château de Seneffe, elle met en scène madame Lavoisier, donnant une leçon publique dans les jardins du 18e siècle ; une façon pour elle aussi de mettre en valeur la place des femmes dans l’histoire des sciences. C’est ce spectacle qui a intégré le programme du festival Loustix’s il y a quelques années au Pass : en costume d’époque, Claudine Celva a fait revivre pour les visiteurs du Pass cette femme qui travaillait aux côtés de Lavoisier, le « père » de la chimie moderne.

Des photos scientifiques au Lab’expo chimie du Pass

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » : le hasard a voulu que quelques années plus tard, c’est par la voie de ses photographies que Claudine Celva revienne au Pass. La muséographe Nathalie Cimino, ayant entendu parler de ses photos scientifiques, lui a en effet commandé une série de clichés pour le Lab’expo chimie et sciences de la vie.
Car entre-temps, Claudine Celva a été contaminée par un nouveau virus : la photographie. Elle a suivi des cours, puis s’est lancée et a rapidement été exposée avec plusieurs projets : les « portes » d’une cité de la région du Centre ou encore la série « Homo Faber » avec ses portraits d’hommes au travail. Mais son dada, c’est la photo scientifique, qui allie ses passions. « Quand j’ai vu la première fois ce que donnait une réaction chimique saisie par l’appareil photo, ça a été comme un déclic… ».

Singulières, étonnantes, inédites, ses photos capturant l’instant ont vite séduit. Les visiteurs du Lab’expo chimie et sciences de la vie peuvent désormais se laisser envoûter par leur alchimie…

L’aspirine comme vous ne l’avez jamais vue. Le temps s’arrête, en 3 temps, sur la réaction qui se produit lorsque le médicament entre en contact avec l’eau. La tension croît ; les bulles de CO² éclatent.

photographe scientifiquephotographe scientifiquephotograpge scientifique

Pour saisir ces instants, Claudine Celva s’installe dans sa cuisine et attend la nuit. Ici, c’est la maîtrise de la réaction entre l’aspirine et l’eau qu’il faut capturer dans son objectif ; là c’est le changement de coloration produite par la modification du pH, là encore le dégagement de CO² dans une levure ou la molécule de carbonate de calcium dans la coquille d’oeuf, la craie ou le coquillage.

La magie opère…