L’observation du papillon Morpho permettra-t-il d’améliorer nos panneaux solaires ? Les chercheurs  étudient en tout cas la structure particulière de leurs ailes. A découvrir dans l’exposition du Pass Nature 2.0.

Biomimétisme : les enseignements du papillon Morpho

Quel beau bleu, ce papillon Morpho ! Et pourtant, ses ailes sont incolores ! C’est la diffraction des rayons lumineux sur ses ailes qui nous donne l’illusion de la couleur !  La photonique est cette science récente qui permet d’étudier les structures sur plusieurs échelles : pour le papillon, de la structure visible des ailes à celle minuscule des lamelles, en passant par celle des écailles puis des stries. Les chercheurs analysent cette structure particulière, composée d’air et de chitine, pour améliorer les performances des panneaux solaires, photovoltaïques et photothermiques, et les rendre plus résistants aux fortes chaleurs.

Car le papillon Morpho a dû s’adapter, morphologiquement et stratégiquement, aux chaleurs intenses : dès que la chitine est trop chaude, elle rayonne de l’infrarouge pour faire baisser sa température! De quoi inspirer les scientifiques pour tirer profit au mieux de l’énergie solaire!

Mais d’autres applications pourraient naître de l’observation des ailes du papillon Morpho : des peintures sans pigment ou des écrans consommant moins d’énergie.

Les explications scientifiques dans cette vidéo :

Le papillon Morpho ou la bave de l’escargot dans Nature 2.0

Dans l’exposition Nature 2.0, découvrez d’autres exemples de plantes et d’animaux qui inspirent les chercheurs, dans cette science appelée le biomimétisme. Les nouvelles méthodes d’imagerie et de séquençage génétique permettent d’observer et de comprendre le vivant à des échelles inaccessibles autrefois. De la canopée de la forêt amazonienne aux profondeurs de nos intestins, le biologiste peut désormais explorer des mondes inconnus et révéler des mécanismes insoupçonnés.

La coquille des mollusques nous inspire la création de bio-ciments durables, les racines des arbres nous invitent à réfléchir autrement nos réseaux de communication et l’araignée nous montre qu’en travaillant la forme de nos constructions il est possible d’innover avec très peu d’éléments chimiques. En observant la bave d’un escargot et sa manière d’adhérer sur des surfaces humides, on tente de mettre au point une colle médicale pour les organes, qui possède des propriétés cicatrisantes…

La nature est une mine inépuisable d’innovations!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer