Téléphones portables, ordinateurs, télévisions ou consoles de jeux : les firmes qui détiennent ces marchés ne sont pas avares en innovations en tous genres, si bien que nous considérons vite ces appareils comme obsolètes. Heureusement, chacun des éléments dont ils sont constitués peut vivre une seconde vie…

Que faire de notre ancienne console ?

Avant tout, disons-nous que ces appareils que nous trouvons déjà dépassés peuvent faire le bonheur d’autres personnes qui n’ont pas les mêmes exigences de « dernier cri » que nous : s’ils fonctionnent encore, pourquoi ne pas les donner à des connaissances ou à des magasins de seconde main ? Certains peuvent être également réparés à moindres frais.
Si ce n’est pas le cas, emmenez-les au parc à conteneurs. L’ASBL Recupel coordonne et organise l’enlèvement, le traitement et le recyclage de ces déchets particuliers.
Pour mieux se rendre compte de ce que devient chaque type de déchets, prenons le cas d’une console de jeu. L’exemple ci-dessous se base sur l’élément d’exposition « l’électro des matériaux », financé par Recupel et présent dans l’expo « Matéri’oh ! » du Pass.

Prêt pour le « déshabillage » de votre console ?

  • La Batterie
    Une seconde vie pour ma console. ©Christelle Monnoye.

    Une seconde vie pour ma console. ©Christelle Monnoye.

    Pour faire fonctionner la batterie qui se trouve dans une console de jeu, on utilise des matériaux spécifiques comme le lithium. Ce métal mou, assez rare, est principalement présent sur la planète sous la forme de sel minéral. On l’exploite à très peu d’endroits sur terre. Le Salar d’Uyuni, désert de sel de 12 000 km2 situé en Amérique du Sud est la plus grande réserve de lithium au monde.À cause des métaux qu’elles contiennent, dont certains sont toxiques pour l’homme et nocifs pour l’environnement, les batteries doivent être recyclées après utilisation. Leur place n’est donc ni dans un grenier ni dans la nature, mais bien au parc à conteneurs! Là, Recupel vient les collecter pour les transporter au centre de traitement des électro. On y prélève toutes les batteries usagées qui se trouvent dans les appareils (celles au lithium bien sûr, mais aussi toutes les autres – au nickel, au plomb, etc.). Elles sont ensuite transportées vers des entreprises spécialisées, en collaboration avec Bebat, où elles sont traitées.Là bas, certains matériaux se trouvant à l’intérieur des batteries, comme le nickel par exemple, sont réutilisés sous forme de matière première ou pour fabriquer de nouvelles batteries.

  • Les câbles électriques
    Que faire de tous ces câbles électriques qui arrivent au centre de traitement?
    Dans les câbles électriques , il y a du cuivre. Ce métal, que l’on trouve à l’état pur dans le sol, est très demandé, car c’est un très bon conducteur d’électricité ! Afin de conserver la pureté de ce précieux métal, on évite de le mélanger aux autres matériaux. De plus, le mélange des fils pourrait gêner le  fonctionnement de la broyeuse! Tous les câbles électriques des appareils sont donc découpés et traités, à la main. Une grande quantité du cuivre utilisé de nos jours est en fait du cuivre recyclé. Nous ne sommes donc plus obligés d’aller systématiquement puiser dans les réserves naturelles de cuivre pour fabriquer de nouveaux appareils.
  • La carte mère
    Cette carte mère est un petit trésor… Parmi les métaux précieux que contiennent certains composants, il y a de l’or . Ce métal rare est exploité dans le sous-sol de certaines régions du monde, comme en Chine, premier producteur d’or au monde.
    Lors du recyclage, après le démontage des circuits, on retire l’or et tous les autres composants précieux. Ceux-ci sont ensuite fondus puis utilisés pour fabriquer de nouveaux objets.
    Une seconde vie…en or! Cela permet d’extraire moins de ces matières premières rares dans la nature. Ce qui n’est pas négligeable, car ce travail ne se fait pas toujours dans de bonnes conditions et peut par ailleurs provoquer des dégâts pour l’environnement.
    Par le recyclage, on contribue aussi à ce que tous les matériaux toxiques présents également sur la carte mère soient traités efficacement.
  • L’écran
    Dans les écrans LCD (ordinateur, télé), on trouve de toutes petites ampoules…. Certaines, appelées les lampes à décharge, peuvent contenir du mercure. Elles sont très résistantes et permettent d’utiliser la console sans remplacer l’écran pendant des milliers d’heures. Malheureusement, le mercure est très toxique ! Les impacts sur l’homme et son environnement sont importants. Par exemple, en polluant une rivière qui contient des poissons qu’il va manger, l’homme s’expose à des problèmes de santé. Les ampoules des écrans sont donc retirées et envoyées vers une entreprise spécialisée. De cette façon, les vapeurs toxiques ne se retrouvent pas dans la nature.
  • Le Plastique
    Les plastiques sont omniprésents dans notre vie et leur fabrication entraîne naturellement une montagne de déchets dont il faut s’occuper. A la base du plastique, il y a le pétrole, ressource naturelle limitée qui peut être préservée en réutilisant les plastiques des objets déposés au parc à conteneurs. Les électro sont souvent réalisés à partir de plastiques durs de très bonne qualité qui peuvent être recyclés  facilement et en grandes quantités. Au centre de traitement, la plupart des plastiques sont broyés dans une grande machine, triés et réutilisés pour la fabrication de nouveaux objets.
    Rien ne se perd, tout se transforme ! Les plastiques de moins bonne qualité servent à alimenter en énergie l’usine de recyclage.

Recupel, ASBL de référence pour la collecte et le traitement des appareils électros

Nos appareils électros sont donc des mines d’or ! En Belgique, c’est l’ASBL Recupel qui est chargée de collecter et de s’assurer du traitement de tous ces déchets électr(on)iques. Elle finance ces activités grâce à la cotisation Recupel : le montant dont vous vous acquittez lors de l’achat d’un nouvel appareil. Recupel collabore avec des entreprises de traitement agréées. Plus de 45 000 tonnes ont déjà été traitées cette année!

Recupel a également une mission de sensibilisation. C’est dans ce cadre qu’elle collabore avec des lieux à vocation pédagogique comme le Pass. En plus de financer des éléments d’exposition comme celui décrit ci-dessus, elle a également soutenu les 2 éditions des journées thématiques « Branchés électricité » destinées aux élèves de 8 à 12 ans en octobre 2012 et 2013.

Le recyclage des électros passe avant tout par la prise de conscience et la sensibilisation.

Recupel a lancé tout récemment son nouveau site web. L’ergonomie optimisée des contenus et leur richesse contribue à la qualité globale de cette nouvelle plateforme numérique. Conscient de la visibilité qu’offre aujourd’hui le web, l’asbl s’est dotée d’un outil moderne sur lequel les internautes, qu’ils soient particuliers ou entreprises, pourront obtenir une mine d’informations utiles sur la collecte, le traitement des appareils électro et les obligations légales que cela implique. Intéressant !