Ce dimanche 28 septembre, c’est la grande journée de rentrée pour les 2 concours de robotique proposés depuis plusieurs années par le Pass : les Trophées pour les 8-18 ans et les Coupes pour les +18.

Il n’y a pas d’âge pour être attiré par la robotique : c’est ce qu’on peut constater chaque année lors des 2 concours de robotique auxquels participent de nombreux jeunes de l’enseignement primaire, secondaire (général comme technique et professionnel), mais aussi des étudiants des universités et hautes écoles. Robotix’s – dans sa version Trophées pour les plus jeunes et Coupes pour les plus de 18 ans -, c’est un projet pédagogique qui mobilise les classes, mais aussi des groupes de jeunes tout au long de l’année autour de la conception d’un robot basée sur un cahier des charges bien précis. Durant plusieurs mois, les équipes imaginent, construisent, testent, améliorent le robot qui les conduira en finale pour combattre contre les autres équipes autour de matches amicaux. Pour les plus jeunes, les robots sont filoguidés, pour les +18, ils doivent être autonomes.
Pour y parvenir, les groupes et classes ne sont pas livrés à eux-mêmes : les responsables peuvent participer à des formations de base de façon à s’approprier les compétences techniques et pédagogiques nécessaires et à recevoir un kit de démarrage. Des animateurs du Pass peuvent rencontrer les équipes chez elles à des moments-clés de l’élaboration du robot. Un forum de discussion animé par l’association française Planète Sciences, à la base du projet et auteure des règlements, permet d’échanger les expériences des uns des des autres.

Un accompagnement des équipes

“Nous proposons des pistes pour que le projet soit transdisciplinaire”

Étienne Martin est la cheville ouvrière du projet Robotix’s au sein du Pass. Depuis plusieurs années, c’est lui qui visite les classes en demande pour leur prodiguer des conseils. “Souvent, les enseignants ou animateurs de groupes imaginent qu’il faut énormément de matériel, de ressources, voire même de financement”, constate-t-il. “Or, il y a moyen de faire quelque chose de bien avec peu. Le but est de mettre en avant la créativité, le fair-play, tout autant que les aspects techniques. Parfois, on leur propose de simplifier le projet pour être sûr qu’il passe l’homologation. La question qui se pose alors est : “qu’est-ce qu’il est intéressant de garder pour que le robot soit capable de marquer des points sans être irréalisable ?” Lorsqu’on va dans les classes, on s’assure que ce sont bien les idées des élèves qui sont mises en application.” Et de poursuivre : “Nous proposons également des pistes pour que le projet soit transdisciplinaire : par exemple, la section menuiserie crée la table, la section électricité prend en charge la réalisation du robot, celle de carrosserie donne un coup de main pour la peinture, et pour la communication, on peut faire appel au professeur de français. ” Son expérience de terrain l’a amené à constater que chaque équipe est unique : “On s’en rend compte en rencontrant les équipes dans leur environnement propre. Il y en a qui ont des salles avec très peu de matériel, et doivent tout ranger après chaque heure de réalisation quand d’autres occupent un atelier en permanence. Il y en a qui travaillent durant les cours et d’autres sur leurs temps de midi ou le mercredi. Il y a les enseignants qui participent chaque année, sont devenus les grands habitués, et là, ce sont les élèves qui doivent être motivés; il y a ceux qui participent pour la première fois et demandent plus d’attention… ”

Témoignages de participants passionnés

Voici les témoignages de plusieurs participants aux Trophées Robotixs :
“Nous avons pu pratiquer tout ce qu’on voit en théorie au cours, par exemple l’électricité ou les électro-aimants”, explique Alison, 17 ans, qui participait il y a quelques années avec sa classe de la Sainte-Union de Tournai. “Nous avons appris à travailler tous ensemble, à se partager les tâches, à réfléchir à des hypothèses et à les tester. Au début, nous avions créé une base ronde, mais on s’est rendu compte que c’était trop grand et on l’a modifiée.”

C’est l’occasion de stimuler la créativité et l’imagination des enfants tout en acquérant des notions techniques”.

La passion n’a pas d’âge : il y a 3 ans, Antoine, Baptiste et Loïc, 9 ans, étaient sans doute les plus jeunes participants aux Trophées de robotique. Pour construire leur robot, cette bande de copains de Fauroeulx avait utilisé des objets de récupération, des morceaux de jouets. “Quand je suis allé au Salon de l’Éducation avec mes parents”, raconte Antoine, “j’ai vu un stand du Pass avec des robots, où l’on présentait ce concours. Et comme j’adore les robots depuis que je suis petit, j’ai demandé pour y participer”. “Allons-y!”, a embrayé le papa d’Antoine! Pour cet enseignant en psychologie dans le secondaire, c’était l’occasion de stimuler la créativité et l’imagination des enfants tout en acquérant des notions techniques. “Ils ont appris à souder. Ils ont découvert les engrenages, la mécanique. Et moi, j’ai appris comme eux. J’ai participé à la formation de 2 jours au Pass et nous avons reçu un kit avec des moteurs et d’autres éléments pour démarrer. Tous les parents s’y sont mis pour les soutenir. Le robot roule, jette les dés, pousse les objets. On s’est limités à quelques actions : l’essentiel, c’est qu’il ait réussi l’homologation!”. Cette année-là, les Maximoys avaient reçu le prix spécial “Coup de coeur”.

Un club d’électronique à Mons

Les participants du club électronique montois en 2014

Les participants du club électronique montois en 2014

Une autre initiative de club extrascolaire, concernant à la fois les Trophées et les Coupes, a vu le jour récemment dans les murs de l’Académie Provinciale des Métiers.
ElectronicaMons a été lancé par un passionné, Alain Caufriez, et des élèves de l’Académie Provinciale des Métiers. Il est ouvert aux jeunes “fanatiques” venus de toute école.
Le club se divise en trois catégories d’âges (les Pupilles (12-15 ans), les Cadets (15-18 ans) et les Juniors (18-25 ans)) qui sont prises en charge par trois professeurs de technique et de pratique professionnelle désireux de transmettre leur savoir-faire à la nouvelle génération.
Si vous aussi, vous avez entre 12 et 25 ans et que vous êtes un mordu d’électronique qui souhaite démontrer ses talents à travers divers projets, vous pouvez vous aussi participer aux activités centrées sur la robotique et l’électronique des loisirs au Boulevard Kennedy à Mons, tous les mercredis après-midi de 13h30 à 17h !

 

Les Coupes, très observées par le monde de l’entreprise.

Découvrez également le reportage réalisé autour d’une équipe d’étudiants de la Faculté Polytechnique (UMons), participant il y a 2 ans à la Coupe de robotique :

Le Pass organise comme tous les ans une séance d’information et de présentation du règlement par Planète Sciences.

Rendez-vous au Pass, ce dimanche 28 septembre pour découvrir le thème, les actions de jeux et les spécificités de la table 2015 !
– à 14H00 pour les Coupes de Robotique,
– à 16H00 pour les Trophées de Robotique (8-18 ans)

Tous les détails sur l’organisation, le règlement, le thème et le calendrier des Trophées et des Coupes 2014-2015 : http://robots.pass.be/accueil.htm?lng=fr
lien groupe facebook https://www.facebook.com/pages/Robotixs/1518032318438469