Le Pass vient d’acquérir Poppy, un robot humanoïde imprimé en 3D et développé en Open source : un outil pédagogique idéal pour aborder et approfondir la robotique.

En quelques images, voici présenté Poppy et ses particularités. Celui du Pass sera orange et a été imprimé en 3D spécialement pour nous. Humanoïde, imprimé en 3D et développé en open source, il est l’oeuvre de l’Inria, institut français dédié au numérique, placé sous la tutelle des ministères de la Recherche et de l’Industrie.
Le service animation du Pass utilise déjà plusieurs types de robots à vocation pédagogique, adaptés à différents âges, comme Thymio, Nxt ou les Bee-bot pour les plus petits. Le côté humanoïde de Poppy apporte une nouvelle dimension, celle de voir comment on peut aborder les mouvements dans la programmation. “Ne fut-ce que sur une épaule”, explique Étienne Martin, animateur référent en robotique, “Poppy comporte suffisamment de moteurs pour que les mouvements soient fluides. Il y a aussi un logiciel qui permet d’avoir une représentation 3D du robot pour tester le programme avant de passer “dans le monde réel”. Par exemple pour la gravité, comment parvenir à faire pencher le robot sans qu’il perde son équilibre ? On peut programmer tout ça, le tester sur l’ordinateur, faire les ajustements et puis seulement passer sur le robot”.

Poppy, un projet open source

Le projet Poppy a été développé en open source, de façon très ouverte donc, et est en constante évolution en fonction des apports des uns et des autres. Ses concepteurs le présentent comme un robot humanoïde facile à utiliser pour la recherche, l’art et l’éducation. Il a déjà notamment été mis à contribution dans des spectacles d’art contemporain.

De nombreuses possibilités pédagogiques

Au Pass, il sera utilisé dans les ateliers qui seront développés dans le futur laboratoire numérique en préparation pour 2017. “Il permet notamment de faire le lien entre la robotique et l’impression en 3D”, explique encore Étienne Martin, séduit par les multiples possibilités que présente Poppy. Les concepteurs évoquent également l’intégration de multiples technologies et méthodologies comme la programmation, l’électronique, les algorithmes d’apprentissage et les connexions entre différentes disciplines, de l’ingénierie au design et à l’art en passant par les sciences humaines.
Mais monter Poppy, reçu en kit, n’a pas été de tout repos : il a fallu plusieurs journées d’assemblages, plusieurs centaines de vis, et de longues réflexions pour la programmation : chaque moteur est connecté à une carte qui constitue en quelque sorte le “cerveau” du robot.
Cette vidéo vous donne une idée de l’ampleur de la question!
https://www.youtube.com/watch?v=RqyVt9m4pCg

Plus d’infos : www.poppy-projet.org