27 équipes inscrites cette année au concours Robotix’s Junior, une trentaine qui participeront à la finale de Robotix’s (+ 18 ans) : d’année en année, la robotique passionne toujours autant! Les concours permettent de voir à quel point ces technologies évoluent rapidement…

Stéphane Rivière, responsable des opérations chez Google Mons, fait partie du jury du Robo-day depuis plusieurs années. Une façon pour Google, sponsor des concours Robotix’s, de soutenir un projet pédagogique autour des sciences et des techniques. Pour lui , plus on démarre petit dans la découverte de l’informatique et de la robotique, plus on a de chance d’en développer une passion.

Robotique : de la lime à l’imprimante 3D

Les équipes présentent leur projet de robot au jury

Lui-même, lorsqu’il était étudiant en France, a participé aux concours E=m6, ancêtres de Robotix’s, autour des années 2000. “L’engouement est toujours aussi fort, mais quelle progression en 20 ans! Ce qu’on voit aujourd’hui était inenvisageable à l’époque où j’ai commencé la robotique!”, s’extasie-t-il. Même son de cloche emprunt de nostalgie du côté d’Olivier Deldime, un autre membre du jury aujourd’hui directeur d’Inraci secondaire, à l’époque professeur d’électronique à la haute école, ayant emmené à la victoire plusieurs équipes d’élèves. “Il y a 10 ans, on travaillait avec une lime et une foreuse, ici, les outils le plus souvent employés sont la découpeuse laser et l’imprimante 3D”.

Tous les groupes n’ont cependant pas accès à ces outils numériques et débordent de créativité pour fabriquer des robots toujours plus étonnants avec les moyens du bord…

 

 

 

 

Esprit maker de plus en plus présent

C’est ce qui enthousiasme Nathan Pire, autre membre du jury, représentant pour sa part le MIC (Microsoft Innovation Center) Belgique : “chez nous, on a aussi ce côté “maker’s lab”, on crée des prototypes dans d’autres genres de produits avec des imprimantes 3D et des découpeuses laser. C’est intéressant, donc, de voir tous ces jeunes, à plus grande échelle, qui travaillent dans cet esprit. En plus, comme nous sommes spécialisés dans la gestion de projet, nous pouvons transmettre cette connaissance aux équipes, leur donner des conseils pour aller plus loin, travailler ensemble.”

Des technologies plus accessibles : Robotix’s évolue!

Mais l’évolution ne se fait pas seulement sentir, bien sûr, du côté du design et de la fabrication, mais aussi du côté des technologies. Le concours dédié aux plus de 18 ans a toujours eu pour objectif de concevoir un robot autonome, capable de remplir une série de tâches plus ou moins compliquées selon les années. Du côté de Robotix’s Junior, il s’agissait de présenter un robot filoguidé, plus simple de conception. Désormais, les technologies devenant plus accessibles et les équipes de plus en plus “branchées” sur les nouvelles possibilités de programmation, le règlement leur propose également de présenter un robot secondaire autonome programmé. Des formations sont proposées pour soutenir les encadrants : à la formation de base a été adjointe une formation en programmation simple sur Arduino, avec la découverte du logiciel mBlock. Ce qui rend le concours accessible à tous!

 

 

L’équipe de Seraing

C’est le cas par exemple de l’équipe de l’Ecole polytechnique (secondaire) de Seraing, coachée par la professeure d’électronique, Mme Machiels. Les élèves de 5e et 6e technique de qualification en électronique ont été rejoints par des plus jeunes, en technique de transition, particulièrement motivés pour le projet. Ils présentent un robot principal et un secondaire. “J’aime bien proposer des projets concrets à mes élèves”, explique l’enseignante. “C’est ma quatrième participation à Robotix’s Junior, mais entretemps, on ne s’embête pas : on a envoyé 2 ballons-sondes dans l’atmosphère. Le premier est monté à 11km, le second à 16 km et on a pu récupérer des photos, des vidéos, des données électroniques de température, de pression, d’humidité. On les a transmises aux élèves des autres classes pour qu’ils travaillent sur les courbes!”

 

 

 

Robo-day : le palmarès

 

 

 

 

Prix décerné par les équipes et prix du Robo Quiz : Read Button (Robotix’s junior).
Prix de la méthodologie de travail : ECAM (Robotix’s)
Prix de la démarche d’innovation : Robotpotes (Robotix’s)
Prix de la communication : New Jers de Sint-Jorisinstituut Bazel (Robotix’s Junior)
Prix spécial des entreprises : Labo404 (Robotix’s Junior)
Prix spécial du jury : Port’ouverte (Robotix’s Junior),  “pour la valeur importante de partage entre les jeunes et le coach, l’attention à l’aspect environnemental et le côté ingénieux du robot“, a commenté Claudia Mürer, directrice enseignement/emploi chez Technocampus, lorsqu’elle a remis le prix. Constantin, l’animateur de cette équipe issue d’une maison de jeunes était visiblement ému : “J’essaie qu’ils soient en autonomie au maximum; ils se débrouillent vachement bien!”

robotique 2020

Les membres du jury lors du Robo-day 2020 (de gauche à droite) : Nathan Pire, MIC; Claudia Mürer, Technocampus; Robert Lahaye, inspecteur enseignement secondaire industrie; Olivier Deldime, directeur d’école secondaire (Inraci); Anne Bach, animatrice Pass, arbitre en chef; Stéphane Rivière et Benoît Godissart, Google; Christophe Estercq, étudiant imprimante 3D. Et bien sûr Etienne Martin, responsable robotique au Pass.