Fedustria, la Fédération belge de l’industrie du textile, du bois et de l’ameublement allie traditions, technologies numériques et nouveaux modèles de production.  Dans la Fabrique à pixels du Pass, des panneaux de bois déclassés ont trouvé une nouvelle vie.

Fedustria

Le bois déclassé donné par Unilin fait des merveilles dans la Fabrique à pixels!

Pour élaborer le mobilier de la Fabrique à pixels, l’atelier pédagogique qui accueille familles et groupes scolaires venus découvrir les technologies numériques, le Pass a souhaité réutiliser des panneaux de bois destinés à être détruits ou recyclés. Une façon d’allier innovation et développement durable tout en illustrant de nouveaux modes de production. L’équipe muséographique s’est donc adressée à Fedustria, la fédération belge de l’industrie du textile, du bois et de l’ameublement, qui l’a mise en relation avec l’entreprise UNILIN – plus précisément la division «Panels » de l’entreprise. Cette dernière lui a fait don de panneaux de bois déclassés.

 

 

 

 

Fedustria : l’usine du futur, un enjeu essentiel pour la compétitivité des entreprises

Fedustria

L’entreprise familiale Liebaert a intégré l’impression digitale.

Le bois et le textile : 2 secteurs traditionnels importants pour la Belgique, mais qui ont connu un déclin important durant les dernières décennies. Composé de nombreuses petites et moyennes entreprises, ainsi que de quelques sociétés plus importantes, le secteur sait que son salut se trouve dans le virage technologique.
« La technologie et la recherche sont des facteurs importants pour assurer la compétitivité de nos entreprises. Dans ce cadre, la révolution numérique est essentielle pour l’avenir de notre industrie », expliquent Filip De Jaeger, directeur général adjoint et Guy De Muelenaere, conseiller pour la Wallonie. «Nous sommes perçus comme des secteurs traditionnels, mais pour le textile ou les produits à base de bois, le contenu technologique s’enrichit constamment. Que cela soit au niveau de la conception, de la production ou encore de la commercialisation par exemple, les technologies liées au numérique font flores. Prenons l’exemple de l’impression digitale sur textile ou sur bois celle-ci est de plus en plus répandue. Elle permet de personnaliser les produits, comme les revêtements de sol, les meubles, les drapeaux ou les t-shirts, que cela soit pour des volumes importants mais également désormais pour des petites séries. »

Le numérique est également source de création de nombreux produits inédits qui répondent à des marchés nouveaux. Des capteurs aux nouveaux matériaux en passant par les transpondeurs, ces produits qui intègrent les nouvelles technologies permettent de les enrichir de fonctionnalités parfois bien utiles. Exemple dans le médical avec des textiles intelligents capables de “monitorer” des patients ou des nouveaux nés. Ou dans les loisirs avec ces textiles qui deviennent de vrais petits produits multimédias. Il en va de même dans le secteur bois et ameublement ou les innovations sont multiples.

Au-delà de cela, il est évident que cette révolution 4.0 change énormément de chose dans la manière dont on envisage la production, la relation au client, la commercialisation, les compétences, etc… Il est essentiel pour l’industrie de prendre en compte ces bouleversements.”

 

“Made different” de Digital Wallonia

Fedustria

Dans le secteur de l’ameublement aussi le virage 4.0 est amorcé.

Fedustria participe à l’initiative “Made different”  aux côtés d’autres fédérations professionnelles.
Ce programme wallon initié au début de cette année avec le soutien de Digital Wallonia vise à sensibiliser et à accompagner les entreprises industrielles wallonnes dans leur transformation vers l’industrie 4.0, également baptisée « industrie du futur » ou « smart manufacturing ». A travers cette « quatrième révolution industrielle » c’est la nature même des modèles business des entreprises qui se voit bouleversé via des tendances technologiques comme l’Internet des Objets, l’intelligence artificielle, le Big Data, le cloud ou encore la personnalisation des produits. Une robotisation et une numérisation qui se trouve autant dans les méthodes de production que dans les produits et services offerts.
La sensibilisation du grand public à ces enjeux est l’un des axes de la Fabrique à pixels ; c’est ce qui a poussé Fedustria a répondre à l’appel du Pass.

 

La formation, importante pour l’avenir

Le secteur travaille à accompagner les entreprises vers le changement à travers son centre de formation  (WoodWize pour le bois et Cefret pour le textile) mais se préoccupe aussi de la formation des jeunes dans les écoles. « On a besoin de jeunes formés aux nouvelles technologies. Dans étude récente de PwC avec Flanders Make, on constate que dans tous les pays, ce n’est pas la technologie qui est le problème, mais les gens susceptibles de travailler de manière créative avec ces technologies. La formation des personnes et la sensibilisation des jeunes font donc partie des grands défis. », précise encore Guy De Muelenaere. « Dans ce sens, nous sommes vraiment heureux de soutenir La Fabrique à Pixels, une excellente initiative permettant aux jeunes et aux moins jeunes d’appréhender à travers une série d’outils la création de produits au départ d’une technologie numérique. »

Fedustria est également partie prenante de projets durables et d’économie circulaire.
D’autres collaborations avec cette fédération  regroupant bois, textile et ameublement sont à l’étude pour les prochains projets d’exposition du Pass.

Fedustria

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer