Assiste-t-on à la victoire progressive et définitive de l’ordinateur sur l’homme ? Pour la première fois, l’intelligence artificielle a battu un humain au jeu de Go. Mais entre le jeu et le monde réel, il semble qu’il y ait encore de la marge.

AlphaGo, le pro de l’intelligence artificielle

intelligence_artificielleLa revue scientifique Nature l’annonçait fin janvier : pour la première fois, un programme informatique a battu un joueur professionnel humain au jeu de Go. Le champion européen Fan Hui a perdu 5 jeux à 0. C’est grâce à l’algorithme AlhpaGO que la société DeepMind, appartenant à Google, a réussi à battre le champion européen de ce jeu considéré comme l’un des plus complexes à gérer par les systèmes d’intelligence artificielle, “en raison de la multiplicité des coups possibles que peut réaliser un joueur à un moment donné”.
Alphago se base sur un arbre binaire de recherche avancé, combiné à des réseaux neuronaux profonds. L’exploit n’était, selon les auteurs de l’article publié dans Nature, pas attendu avant au moins 10 ans. Dès lors, en mars, DeepMind s’attaquera au meilleur joueur du moment, Lee Sedol – car si Fan Hui est champion d’Europe, il n’arrive qu’à la 633e place du classement mondial, le continent asiatique gardant la suprématie sur le jeu de stratégie.

20 ans après la victoire de Deepblue aux échecs

Originaire de Chine, le jeu de Go est le plus ancien jeu de stratégie combinatoire connu. Il consiste, pour chacun des deux joueurs, à placer des pierres/pions noirs ou blancs de façon à constituer des territoires.
En matière de jeu de stratégie, on se souvient qu’il y a presque 20 ans, DeepBlue, ordinateur conçu par IBM, gagnait une sixième partie d’échecs contre le champion du monde du moment Garry Kasparov … en seulement 19 coups! Les calculs du super ordinateur avaient alors eu raison du champion, très fatigué.

Transposer cette victoire de l’intelligence artificielle au monde réel

L’intelligence artificielle est-elle donc définitivement sur le chemin de la victoire face à l’intelligence humaine ? L’annonce est à replacer dans un contexte de concurrence : en matière d’intelligence artificielle comme dans les autres domaines de recherche, les entreprises rivales se battent via les revues scientifiques pour faire le buzz.
D’aucuns se montrent donc moins triomphalistes. Gary Marcus, spécialiste en la matière, souligne notamment que si l’exploit est réellement enthousiasmant, “en 2016, les réseaux neuronaux, tout en étant devenus de plus en plus puissants, offrent encore très peu de garanties quant à leur capacité à travailler avec des données du monde réel.» Il souligne qu’IBM a eu du mal à transposer dans le monde réel les succès de ses champions d’échecs.«L’intelligence artificielle est encore peu à l’aise dans le monde réel. La question clef –dont personne ne connaît la réponse pour l’instant– est de savoir si un succès au go va nous y amener plus vite», conclut-il. D’autres soulignent que si l’intelligence artificielle a convaincu au niveau du jeu de Go, c’est loin d’être le cas par exemple au poker, jeu qui fait appel à des aptitudes d’ordre moins logique comme la psychologie et le bluff.

Monsieur Machine, une exposition qui sonde les rapports homme/machine

L‘exposition Monsieur Machine, à travers une quinzaine de défis amusants proposés aux visiteurs, évoque cette thématique de l’évolution des machines, robots et autres objets technologiques, en mettant en avant les extraordinaires capacités humaines. On y découvre par exemple que, “en une seconde, le cerveau exécute l’équivalent de 10 millions de milliards de calculs informatiques ! Ils sont essentiels pour, simultanément, analyser un jeu, raisonner, communiquer, coordonner des mouvements, garder l’équilibre, maîtriser la respiration ou encore examiner les organes.”
L’exposition utilise la bande dessinée comme média original pour enrichir le propos et donner autrement des informations sur des anecdotes ou des évolutions historiques relatives aux nouvelles technologies.

intelligence_artificielle

illu : N.Gregory