Récemment, des chercheurs de l’université de Rochester ont annoncé pouvoir rendre des objets invisibles. Pour le Pass, Michaël Lobet, chercheur à l’UNamur explique les procédés qui sont régulièrement étudiés pour peut-être y parvenir un jour…

Fascination de l'homme invisible (illu: C.Monnoye).

Fascination de l’homme invisible (illu: C.Monnoye).

 

Devenir invisible : ce mythe a toujours fasciné, notamment au cinéma, avec “l’Homme invisible” ou la voiture invisible de James Bond… Plus récemment, c’est le phénomène Harry Potter qui a rendu célèbre ce grand rêve humain auprès des jeunes générations. En portant la cape d’invisibilité, Harry Potter peut se déplacer n’importe où sans être repéré… Au cinéma, facile à faire, en recourant à la technique d’incrustation et au “Green Key”.
Mais dans la réalité, rendre un objet invisible, devenir invisible sera-t-il un jour possible ?

L’invisibilité : une question de propagation de la lumière

Michaël Lobet est chercheur au département de physique de l’UNamur, spécialisé dans les métastructures de carbone et dans la physique de la matière et du rayonnement. Pour l’exposition “Qu’est-ce qu’il ne faut pas inventer!” ouverte au Pass depuis avril 2014 et qui s’adresse aux enfants de 6 à 12 ans, il explique avec des mots simples par quels procédés on pourrait y arriver, soit en recourant aux illusions d’optique, soit en créant des méta-matériaux modifiant les canaux classiques de propagation de la lumière.

Les lentilles des chercheurs de Rochester

Récemment, une équipe de chercheurs américains de l’Université de Rochester a annoncé avoir créé un dispositif capable de masquer des objets à la vue. Ils recourent pour leur part à une illusion d’optique en utilisant 4 lentilles : en envoyant la lumière dans les lentilles, on la concentre puis on la disperse. La lumière se retrouve donc bloquée… ce qui rend l’objet non visible! Pour que cela fonctionne, il faut bien sûr regarder dans l’axe des lentilles…
Bref, le pari est en quelque sorte réussi à petite échelle!

Des applications futures en chirurgie ?

A présent, les 2 chercheurs poursuivent leurs travaux et imaginent plusieurs applications pratiques : en chirurgie, cette technique permettrait au médecin de “voir à travers ses mains” pour mieux opérer. Les conducteurs de camion pourraient “faire disparaître” leur remorque pour faciliter leurs manoeuvres. Dans le domaine militaire ou l’art, on imagine bien également les applications.
Mais pourrons-nous un jour être présents en cachette dans un endroit où nous ne sommes pas acceptés pour espionner ce qui s’y dit ? That’s the question!!