En inventant la vulcanisation en 1839, Charles Goodyear rend possible l’utilisation du caoutchouc pour de nombreuses applications industrielles. Mais s’il chercha beaucoup…sa découverte est en quelque sorte due au hasard!
Il faut parfois être très persévérant et accepter de vivre longtemps dans la misère pour parvenir à ses fins! Charles Goodyear fait partie de ces chercheurs vouant leur vie à une passion sans en retirer les bénéfices : ce quincailler américain, père de famille nombreuse, vécut et mourut dans la misère, criblé de dettes.

La vulcanisation, le secret pour un bon caoutchouc

vulcanisation

Charles Goodyear trouva par hasard le procédé de vulcanisation (illu. Ch.Monnoye).

 

 

Pourtant, la découverte majeure de Charles Goodyear en 1839, la vulcanisation (qui tire son nom du dieu romain du feu, Vulcain), fut à la base de l’essor incroyable de l’industrie du caoutchouc. Avant elle, le latex, ce curieux liquide blanc issu de l’hévéa, déjà utilisé depuis des siècles par les Amérindiens et rapporté en Europe par les Conquistadores, fascinait par ses propriétés de résistance à l’eau …mais décontenançait aussi : il était instable et ne supportait pas les variations de température, devenant collant et super mou en été, cassant et très dur en hiver. Après des années de recherches sans succès, c’est par hasard que Charles Goodyear découvre comment stabiliser le caoutchouc, comme le raconte l’histoire ci-dessous – que l’on peut entendre également dans l’exposition “Qu’est-ce qu’il ne faut pas inventer!” du Pass.

 

L’ajout du soufre permet donc de former des ponts entre les chaînes moléculaires après cuisson, ponts qui vont rendre la matière beaucoup plus élastique et donc plus stable sur le long terme. Bingo!

Mais si Charles Goodyear est un chercheur tenace, il est loin d’être un bon commerçant : il ne pense pas à faire breveter son invention, et ce sont d’autres qui en tirent les bénéfices! Il passera le reste de sa vie à intenter procès sur procès contre ceux qu’ils considèrent comme des usurpateurs…

Sans le caoutchouc, pas de pneu!

Le caoutchouc, lui, grâce à cette invention, va connaître un développement exceptionnel. Le latex n’est plus seulement produit au Brésil où il avait été découvert, mais de nombreuses plantations d’hévéa sont créées en Asie, et notamment en Indochine française. En Europe et aux Etats-Unis, les entreprises de transformation se multiplient. Car le caoutchouc ainsi stabilisé est à la base de nombreux progrès techniques de notre civilisation contemporaine, dont le plus connu est le pneu. Pourtant, comble de l’histoire, la célèbre marque de pneu du même nom n’a aucun rapport avec l’inventeur de la vulcanisation!

Ce film d’animation créé pour l’exposition Matéri’oh du Pass explique en images comment on fabrique un pneu (réalisaiton C.Delafosse, F.Vié, J.Bailly).