Parmi les projets 2.0 proposés dans le cadre de Mons 2015, Mons Street Review propose de se promener virtuellement dans les rues de la ville réinventées de façon complètement surréaliste avec l’aide des habitants… Un détournement artistique de Google Street View.

Tout le monde connaît Google Street View : qui n’a pas été surfer sur son pc à la recherche de sa rue, sa maison, celle de son cousin ou pour repérer à l’avance sa future maison de vacances ? Et pourtant, si Google Street View semble exister depuis une éternité à l’échelle de notre monde 2.0, il n’est apparu en réalité que depuis très peu de temps lorsqu’on se réfère à une échelle de temps “normale” : en 2007 aux États unis et en 2011 seulement en Belgique, après plusieurs problèmes avec la justice concernant la protection des données à caractère personnel.

Se balader dans les rues du monde entier

L’idée de Google : compléter Google Maps et Google Earth en visualisant un panorama à 360° des rues et routes en ville ou à la campagne. Pour y parvenir, des voitures équipées de caméras ont circulé dans les rues du monde entier en prenant des images, qu’un logiciel propriétaire de Google a ensuite assemblées pour donner l’impression de continuité.
Voyager par ordinateur interposé à travers les rues d’une ville, qu’elle soit à quelques kilomètres ou à l’autre bout du monde, est une expérience captivante! Mais la précision des prises de vue a bien vite posé des problèmes au niveau du respect de la vie privée (qui aurait envie de se retrouver aux yeux du monde en train de bronzer en maillot de bain dans son jardin ou dans d’autres situations plus cocasses encore ?) ou en terme de sécurité ( QG militaires ou espionnage industriel par exemple). Dans l’Union européenne, Google a notamment été obligé de mettre en place, à la demande du contrôleur européen de la protection des données (CEPD), un dispositif de floutage automatique des visages.

Mons Street Review: projet technologique et participatif

streetreview_ruedesepanglier4_c_drA Mons, dans le cadre de la capitale européenne de la culture, on a décidé de prendre le contrepied de cette immense entreprise technologique en proposant une balade à travers les rues de la vie complètement déjantée… Antonia Taddei et Ludovic Nobileau, les concepteurs de ce projet hors-normes (Cie X/tnt) ont créé des scénarios dans lesquels ils invitaient les habitants eux-mêmes à se mettre en scène! Plus question de floutage de visages, donc, mais au contraire, une prise de possession de la scène urbaine avec déguisements et accessoires. Un appel à participation a été lancé à destination non seulement des habitants toutes générations confondues, mais aussi des différents « corps » constitutifs de la ville : les métiers, les entreprises, les pompiers, l’hôpital, les sportifs, les écoles…

Raconter des histoires

streetreview_ruedelabiche3_c_drUn véhicule hors du commun muni d’une caméra à 360° est passé en 2014 dans plus de 50 rues de Mons pour capturer une série de happenings à la fois scénarisés et laissant la place à l’improvisation des participants. On peut voir des cervidés à la rue de la Biche, des Montois chercher leur pantalon, leur femme ou du boulot dans la rue de la Peine Perdue, de mini-anges lancer des confettis aux mariés du quartier Rachot, des mineurs sortir des bouches d’égout, des peintres repeindre un square en rose : pendant le tournage, les pavés de Mons sont devenus une scène théâtrale à ciel ouvert… Et aujourd’hui , cette scène urbaine est à portée de clic des internautes du monde entier!
On peut désormais découvrir ce travail de titan : http://www.mons2015.eu/fr/mons-street-review et passer des heures à découvrir ces scènes hors du commun…
En visitant Mons, on peut également confronter la rue réelle et la représentation virtuelle de Mons Street Review un smartphone à la main…
Un projet unique dans l’histoire des capitales européennes de la culture.