Produire de la viande en laboratoire, une piste pour nourrir la planète ? A l’Université de Maastricht, le Professeur Mark Post, y croit en tout cas, lui qui a créé le premier hamburger in vitro.

Des cellules musculaires cultivées en laboratoire

Mark Post, professeur à l’Université de Maastricht, aux Pays-Bas, a créé il y a 3 ans le premier hamburger entièrement cultivé en laboratoire. Pour y parvenir, il a prélevé sur une vache des cellules musculaires et les a mis en culture en laboratoire de façon à ce qu’elles se multiplient. Ce hamburger in vitro est donc entièrement composé de viande…mais ne provient pas d’un animal mort !

Bien sûr, comme tout « prototype », ce morceau de viande a un coût exorbitant – 250 000€ !-, mais l’objectif est de revenir à des proportions plus « classiques » d’ici 3 ans et de concurrencer une viande de supermarché dans les 8 prochaines années.
« D’ici 3 à 4 ans, nous pourrons produire 10 000 kg de viande par an dans des énormes bio-réacteurs », a expliqué Mark Post bien décidé à amplifier la technologie désormais acquise.

Hamburger in vitro, une solution écologique

hamburger in vitro

L’élevage de bovins contribue fortement au réchauffement climatique.

Fabriquer de la viande en laboratoire bouscule sans doute nos conceptions actuelles de grands carnivores, elle pose également des questions d’ordre éthique. Mais le professeur néerlandais invoque des arguments environnementaux pour justifier ses recherches en la matière : l’élevage de bovins a une empreinte écologie énorme. A côté de l’importante consommation en eau et de l’occupation non négligeable de surfaces agricoles qui empiètent désormais sur les grandes forêts millénaires, l’élevage de ruminants, principalement les vaches, constitue à lui seul entre 15 et 30% de la production de méthane imputée aux activités humaines. Or, l’impact du méthane sur le réchauffement climatique est près de 30% plus important que celui du CO² !
Avec une population mondiale attendue de 9 milliards d’ici 2050, il deviendra impossible de produire et de consommer de la viande comme nous le faisons aujourd’hui…
L’une des solutions à cette problématique consiste à manger moins de viande. L’innovation du professeur Post, à condition qu’elle se démocratise et soit bien accueillie par le grand public, pourrait constituer une alternative dans les prochaines années. (photos : Université de Maastricht)
Découvrez comment le Professeur Post “fabrique” de la viande en laboratoire :

Visionnez également ce reportage diffusé lors de la première présentation publique de l’innovation high-tech :