C’est la première fois qu’une fleur plantée par un humain éclot dans l’espace. Et ce n’est pas anodin…

Depuis Saint-Exupéry et son “Petit prince”, on savait qu’il était difficile de cultiver une fleur dans l’espace, et qu’il fallait lui apporter beaucoup de soin pour la protéger des vents…
Dans une référence culturelle plus récente et sans doute plus proche de ce que la fiction peut apporter à la réalité, on voit Matt Damon, dans le film “Seul sur Mars” parvenir à faire pousser des pommes de terre sur la planète rouge. C’est d’ailleurs Mark Watney, le personnage incarné par Matt Damon, que Scott Kelly évoquait dernièrement en faisant état de ses difficultés dans ses projets de culture.
Mais, à force de patience, il y est arrivé : samedi dernier, c’est via Twitter que l’astronaute Scott Kelly annonçait qu’il était parvenu à faire pousser une fleur, une zinnia plus particulièrement, dans la Station Spatiale Internationale (ISS), à 400 km de la surface de la Terre…

Une fleur, sans soleil et sans gravité

Qu’y a-t-il de si spectaculaire à cela ? Comme toute plante, les fleurs, et le zinnia en particulier, ont besoin d’eau et des rayons du soleil pour pousser. Or, en l’absence de gravité, difficile d’arroser les plantes : l’eau flotte en apesanteur! Et la privation de lumière naturelle constituait un autre défi de taille!
Toutes ces tentatives de culture dans l’espace sont menées au sein du projet Veggie. Ce projet vise à tenter de produire des végétaux dans l’espace de façon à ce que les astronautes embarqués dans de très longues missions, par exemple vers Mars, puissent cultiver eux-mêmes certains aliments. Cette simple fleur – comestible, précisons-le – nourrit donc les plus grands espoirs!
En juillet dernier, l’équipage de l’ISS avait déjà réussi à faire pousser une laitue, mais la croissance d’une fleur constituait une étape supplémentaire dans les difficultés. “La croissance d’une plante à fleurs est bien plus difficile que la pousse d’une plante végétative comme la laitue”, expliquait récemment le Docteur Massa Gioia, du Centre Spatial Kennedy. “L’éclairage et d’autres paramètres environnementaux sont plus critiques”.

Le système Veggie a fait ses preuves dans l’espace

fleur_espace

Cultures dans l’espace.

Le système Veggie est composé d’un support surmonté de diodes luminescentes rouges, vertes et bleues qui fournissent un cocktail lumineux savamment dosé durant dix heures par jour. L’eau et les différents éléments nutritifs sont fournis par un tube qui arrive directement dans une brique de substrat nutritif fermée dans un emballage hermétique. “Nous en apprenons beaucoup sur les plantes et les fluides”, continuait Massa Gioia.
Les zinnias ont poussé pendant 60 jours avant de fleurir. Avec des contretemps, comme les problèmes de moisissure qui sont apparus sur les feuilles. C’était sans compter la patience et l’ingéniosité de Scott Kelly qui, après avoir coupé les parties moisies, a changé de technique d’arrosage pour éviter le phénomène pour opter pour la technique “du doigt mouillé”…
Avec cette expérience, les chercheurs espèrent comprendre comment les plantes fleurissent et grandissent dans un contexte de microgravité, mais aussi obtenir des données sur les ramifications des racines en apesanteur, évaluer l’impact du pollen dégagé par les fleurs sur les systèmes d’aération et enfin évaluer un éventuel effet positif sur le moral de l’équipage.
Prochain objectif : faire pousser des plants de tomate, végétal délicat s’il en est!