D’ici quelques jours, tous les regards se tourneront vers Paris, qui accueille la conférence sur le climat 2015, appelée aussi la Cop 21. Objectif : prendre les mesures nécessaires pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C. Perdu d’avance ?

cop 21

 

Après Lima, siège du 20e sommet pour le climat en 2014, Paris rassemblera du 30 novembre au 11 décembre 2015 les gouvernants de plus de 190 nations. Des dirigeants qui éprouvent bien des difficultés à se mettre d’accord sur des enjeux essentiels pour la planète et pour ceux qui y vivent. C’est le Sommet de la Terre de Rio qui, en 1992, lança cette action politique commune pour stabiliser les concentrations atmosphériques des gaz à effet de serre, coupables de dérégler le climat, avec toutes les conséquences sur la planète et ses habitants. Le protocole de Kyoto – accord visant à la réduction de ces GES signé en 1997 et en vigueur depuis 2005 – constitua une étape importante dans cette marche, mais a peine à être prolongé…

Conférence annuelle des Parties (COP)

Chaque année depuis, des Conférences des Parties (COP) révisent la mise en oeuvre de la Convention; celle de Paris envisage d’obtenir, pour la première fois depuis plus de 20 ans de négociations aux Nations Unies, un accord universel juridiquement contraignant sur le climat, ayant pour but de maintenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C.
Est-ce encore possible ? Quelles conséquences si on n’agit pas ou pas suffisamment ? Quels sont les moyens mis en oeuvre ? Comment permettre aux pays émergents et en développement de contribuer à leur niveau sans entraver leur développement, justement ?
Pourra-t-on parvenir d’ici la fin du siècle à une économie neutre en carbone ?
Cette vidéo résume bien, en quelques chiffres, les enjeux principaux autour du climat :

Climat : des enjeux qui déchaînent les passions et mobilisent

cop 21Les enjeux économiques, financiers, écologiques sont tellement énormes que les passions se déchaînent autour de la thématique du climat, les lobbies se multipliant et les climatosceptiques remettant régulièrement en cause toute la théorie du réchauffement climatique dû aux activités humaines. L’attribution en 2007 du Prix Nobel de la Paix au GIEC, groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, a donné une reconnaissance certaine au travail de recherche mené en la matière.
À l’approche du rendez-vous de la COP 21 à Paris, de nombreuses ONG et associations, dédiées à l’environnement ou aux projets de développement humain, se mobilisent pour faire pression sur les dirigeants politiques. Des délégations partiront de différents pays pour converger vers Paris, et la société civile se rassemblera notamment les 5 et 6 décembre autour d’un village mondial des alternatives.
Parallèlement, le monde des affaires, des entreprises, de la recherche est invité à participer au Sustainable Innovation Forum de 2015 pour trouver des solutions innovantes qui permettraient de modifier durablement et à grande échelle nos modes de fabrication, de vie, de consommation.
Politiques, citoyens, monde économique, 3 pôles indispensables pour que la mayonnaise prenne!

Détecter les initiatives positives

Même si le pessimisme reste de mise, on en est aujourd’hui à mettre davantage en avant toutes les initiatives et avancées positives, plus mobilisatrices.
L’équipe de muséographie du Pass à la base de l‘exposition “Energie, les nouveaux rêves” a également pris ce parti, en attirant l’attention sur les modes de consommation qui posent question, bien sûr, mais en mettant aussi en avant une trentaine de projets qui proposent des solutions concrètes à la problématique énergétique.
De même, le film sur les énergies durables en préparation (sortie prévue en juin 2016) se conclura sur une note d’espoir, notamment en évoquant toutes les initiatives collaboratives et citoyennes qui, peu à peu, supplantent le modèle économique vertical traditionnel.

voir aussi : http://newsroom.unfccc.int/fr/lima/infographie-cop-21/