Les HERA Awards mettent en lumière des travaux de fin d’études qui posent une réflexion/ proposent une action à 360° sur des thématiques durables. L’édition 2019 a montré une fois de plus la richesse de cette approche!

Nous vous en parlions l’an dernier, lors de la remise des prix 2018 qui se tenait à l’UMONS : les HERA Awards récompensent chaque année des jeunes diplômés qui, par leur mémoire à l’approche systémique propre au développement soutenable, inspirent et stimulent l’ensemble de notre société à agir à 360°. La Fondation pour les Générations Futures a créé ce prix en 2010 et est soutenue par de nombreux partenaires privés et publics. Les 6 universités francophones du pays sont partenaires et accueillent à tour de rôle la cérémonie des HERA Awards.

HERA Awards : pour un nouveau contrat planétaire

Hera Awards 2019

L’ensemble des lauréats, nominés, promoteurs et membres des jurys présents lors de la cérémonie 2019.

La séance 2019 se déroulait le jeudi 9 mai au sein de l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Dans son discours introductif, François Ost, vice-recteur honoraire de l’université bruxelloise et président de la Fondation pour les Générations Futures, a plaidé “Pour un nouveau contrat planétaire”, revisitant le contrat social de J-J. Rousseau – texte fondateur de la philosophie politique au siècle des Lumières – à l’aune des enjeux du 21e siècle.

Un nouvel HERA Award pour les recherches sur la démocratie

Ce faisant, il annonçait le nouveau venu parmi les Hera Awards, le prix de la démocratie soutenable, remis des mains de David Van Reybrouck, dont les travaux sur le sujet sont d’une grande actualité. Ce prix, attribué pour la première fois, est revenu à Cécile Jadot, issue de la Faculté de Droit de l’UCLouvain, pour son travail intitulé : “Repenser un processus législatif de qualité. Les panels citoyens, une voie prometteuse sur le plan juridique ?”

Créer des synergies entre les jeunes

Préparer un monde pour les générations futures ne se limite donc pas, loin de là, à changer de mode de vie. Tous les travaux primés avaient pour point commun une vision transversale, même plus :  à 360°, et une approche systémique, comme l’a souligné d’entrée de jeu Benoît Derenne, le directeur de la Fondation. L’idée des HERA Awards est de soutenir de jeunes mémorants ou doctorants qui apportent leur réflexion et leur créativité à des problématiques complexes, mais aussi de créer des synergies entre tous ces acteurs. Ils se rencontrent d’ailleurs durant une journée d’échange avant la remise des prix proprement dite.

98 travaux ont été soumis aux différents jurys, qui ont retenu 20 nominés pour les différentes catégories.

Voici la liste des lauréats de cette année. Vous pouvez également découvrir les nominés ainsi que la cérémonie complète sur le site

https://hera.foundationfuturegenerations.org/fr/content/hera-awards-2019-0

HERA Award Sustainable Architecture

La lauréate Annissa Rauw, de la Faculté La Cambre-Horta (ULB) s’est penchée sur les régions rurales, qui attirent moins souvent le regard des architectes. Elle a pris l’exemple de la commune de Bullange pour étudier la relocalisation des activités productives.

HERA Sustainable Health

Walter Giordano est infirmier et termine son Master en sciences de la santé publique à l’UCLouvain. Il a travaillé sur la “justice organisationnelle” comme ressource face à l’épuisement professionnel : son étude quantitative porte sur les professionnels de la santé exerçant en bloc opératoire, mais pourrait être élargie à tout groupe professionnel exposé au stress.

HERA Award Sustainable IT

Etudiant à l’ULB en sciences et gestion de l’environnement, Jean-Claude Englebert a étudié les applications et implications environnementales de la technologie blockchain : “Ce mémoire fait une analyse sans concessions des forces et faiblesses des technologies blockchain dans une approche transversale”, a souligné le jury. “L’auteur analyse en profondeur la consommation énergétique de cette technologie, tout en attirant l’attention sur les questions de gouvernance, notamment la traçabilité et le respect de la vie privée.”

HERA Award Cooperative Sustainable Economy

Louise Claerbout, ingénieure architecte, a imaginé au terme de son année supplémentaire de Master en sciences de gestion à l’UCLouvain, une coopérative immobilière à finalité sociétale dont l’objet est de réhabiliter de façon durable et participative des bâtiments à l’abandon dans la région de Mons. Le jury a salué “ce mémoire qui intègre une vision globale de l’habitat et qui est potentiellement réplicable dans d’autres contextes territoriaux. Elle s’attaque à la revalorisation du patrimoine local, qui est un enjeu de taille en Belgique. Le travail montre comment la coopérative peut être un outil efficace pour fédérer des intelligences autour d’un projet.”

HERA Award Sustainable & Responsible Finance

C’est Nicolas Virone qui a obtenu ce prix pour son travail relatif aux monnaies locales, en prenant l’exemple particulier du Lumsou à Namur. Un travail réalisé dans le cadre de son Master en politique économique et sociale de l’UCLouvain.

HERA Award Sustainable Food Systems

Ce prix revient à Max Morelle & Jérôme Braibant pour leur travail intitulé “L’Agriculture de Conservation en Wallonie. Diversité et verrouillages”, mémoire défendu en 2018 à la Faculté des bioingénieurs de l’UCLouvain.  “En analysant les freins au changement de pratiques“, ont détaillé les jurés, ” les auteurs mettent en évidence des éléments qui peuvent s’appliquer à toutes les nouvelles manières de cultiver.” Plus d’explication dans leur vidéo :

HERA Award Sustainable Design & Engineering

Sur 9 dossiers reçu, celui d’Erica Berghman est le seul à avoir en finalité retenu l’attention du jury. Au terme de son master en ingénieur civil informatique à l’Ecole polytechnique de Bruxelles (ULB), Erica est en charge actuellement de l’informatisation de l’hôpital provincial du Nord Kivu, dans une ONG. L’étude primée se situe également dans le cadre de la coopération au développement et modélise un système de production d’eau potable par filtration sous lit de rivière.

HERA Doctoral Thesis Award 2019

Enfin, sur 13 candidatures éligibles, 2 thèses de doctorat ont retenu l’attention du jury, les autres n’ayant pas une approche assez transversale. Celle d’Antoinette Dumont, qui a planché sur les conditions de travail dans la production de légumes en région wallonne, est finalement primée :

La Fondation pour les générations futures lance déjà l’appel pour la prochaine édition : si vous enseignez ou étudiez une des matières qui font l’objet d’un prix, vous trouverez plus d’informations sur : https://www.foundationfuturegenerations.org/fr